Petit aperçu des moyens de transports à l’hydrogène à travers le monde.

Face aux enjeux climatiques, l’énergie hydrogène propose une mobilité décarbonée qui s’adapte désormais à une large gamme de véhicules.

Dans le domaine de l’hydrogène, Pragma Industries a été précurseur en développant un premier vélo à hydrogène dés 2013.

Aujourd’hui, Pragma Mobility se positionne au coeur d’un éco-système hydrogène de la mobilité où différents modes de transports se complètent harmonieusement.

Afin de rendre compte de cette tendance lourde, nous vous proposons donc de découvrir quelques façons de vous déplacer tout de suite ou dans le futur proche avec ce nouveau carburant propre et décarboné dans des véhicules de plus grande taille en France ou en Europe.

  • Les voitures

Fort de 10 000 Mirai vendus depuis 2014, Toyota est le constructeur le plus investi dans le déploiement de l’hydrogène. L’entreprise va lancer en 2020 la Mirai II pour le marché japonais mais également pour les pays ayant des plans de mobilité à l’hydrogène. Il est déjà possible d’acheter la Mirai ou de circuler en taxi décarboné en région parisienne grâce à l’entreprise Hype.

  • Les véhicules utilitaires

L’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a développé des véhicules utilitaires Renault avec la technologie hydrogène Symbio. Les Kangoo ZE Hydrogen et Master ZE Hydrogen devraient être commercialisés en 2020.

  • Les véhicules frigorifiques

L’entreprise normande Chéreau prépare l’industrialisation du premier semi-remorque frigorifique à Hydrogène et le lancement de la nouvelle gamme Hydrogen Power H2.

  • Les bus

En 2019, Pau a lancé une ligne de bus à hydrogène Fébus avec 6 véhicules à hydrogène d’une capacité de 125 personnes dont 32 assis. A terme, huit bus seront acquis par la ville et desserviront l’axe Nord – Sud de la cité en 17 minutes en site propre, sur un parcours spécialement aménagé.

Deux autres villes françaises se sont lancées dans les bus propres à l’hydrogène en 2019 : Lens-Houdain et Versailles. Des projets sont prévus en 2020 pour le Grand Paris et Marseille/Fos sur Mer.

  • Les trains

La SNCF annonce sur son site internet la mise en service de trains à hydrogène dès 2022 avec 14 exemplaires du Régiolis Hydrogène. Fabriqué par Alstom, le train sera bimode (électrique et hydrogène) et pourra atteindre une vitesse maximale de 160 km/h en transportant 220 passagers pour une autonomie de 600 km.

Depuis 2018, il est déjà possible de rouler en train à hydrogène en Allemagne. Le Coradia iLint produit par Alstom à Tarbes et Saltzgitter circule entre les villes de Cuxhaven, Bremerhaven, Bremervörde et Buxtehude.

  • Les sous-marins

En 2019, le groupe Naval Group a présenté un système de propulsion anaérobie (AIP) qui permet de fabriquer de l’hydrogène et de l’air à bord d’un sous-marin pour faire fonctionner une pile à combustible.

  • Les bateaux fluviaux

En août 2019, Nantes a lancé le Navibus H2 ou Jules Verne 2, une navette fluviale qui circule sur l’Erdre. Elle relie les rives de Petit Port et du Port Boyer et peut transporter 25 passagers.

  • Le catamaran

Embarqué depuis 2017 du port de St Malo, le catamaran Energy observer sillonne la planète avec un système embarqué qui produit de l’hydrogène à partir de l’eau de mer.

Son objectif est de rencontrer des personnes dans 50 pays et 101 ports pendant 6 ans. Depuis sa première expédition en 2017, il a déjà parcouru 18 000 milles nautiques. Il est reparti de St Malo début mars 2020 afin de traverser les océans pacifiques et atlantiques et rejoindre Tokyo pour les prochains jeux olympiques.

  • Le yacht

En 2019, au salon nautique de Monaco, L’entreprise Sinot a présenté son yacht  à hydrogène Aqua de 112 mètres de long. L’autonomie annoncée est 3750 milles et la vitesse de 17 nœuds. Grâce à sa propulsion électrique, le yacht devrait faire peu de bruit et générer peu de vibrations.

  • La voiture volante – taxi du futur

Alaka’i, une entreprise américaine travaille sur un prototype de voiture volante 6 places appelé Skai qui pourra transporter jusqu’à cinq passagers avec une autonomie de quatre heures de vol pour une vitesse de pointe de 190 km/h.

  • La montgolfière à hydrogène

D’ici 2023, Flying Whales a le projet de lancer un dirigeable capable de transporter jusqu’à 60 tonnes de marchandises de façon écologique. L’idée est venue d’un besoin exprimé par l’ONF de transporter du bois dans des zones peu accessibles notamment dans les Landes. L’entreprise souhaite à terme remplacer les turbines par des piles à hydrogène. En longueur, le dirigeable devrait faire 2 fois la taille d’un airbus A380.

Dans cet inventaire futuriste, vous pouvez déjà facilement prendre le bus à Pau ou la navette fluviale Nantaise ou bien sûr réserver un vélo à hydrogène Alpha, déjà en location pour le grand public dans le pays de Loire.

Aujourd’hui, le vélo à hydrogène demeure un des moyens les plus accessibles pour se déplacer à hydrogène et s’inscrit pleinement dans l’écomobilité du futur.