Pragma Mobility

Vélo-taf : aller travailler en vélo à hydrogène donne le sourire.

Le Vélotaf, un changement de mobilité salutaire?

Positif pour la santé et pour l’environnement car permettant une mobilité douce et décarbonée, le vélotaf peine encore à se développer.
En effet, les infrastructures (pistes cyclables, bornes de rechargement à hydrogène, douches dans les entreprises, mesures incitatives pour les entreprises) ne sont pas encore assez développées. Elles ne permettent pas toujours de franchir facilement le pas. Heureusement, cela est en train de changer.

Mais, soyons clairs, en France, le vélotaf implique aussi un changement conséquent dans nos habitudes de vie. Anticipation et gestion des imprévus sont deux mots phares pour toute personne souhaitant se lancer.

Cependant, rien d’impossible car les bénéfices sont multiples notamment le sentiment réel de vivre et travailler mieux et autrement en étant un éco-citoyen du quotidien.

Un Vélotafeur partage son expérience

Découvrez le témoignage d’Alexandre Blanc, qui partage son expérience. Il vous donnera, on l’espère, l’envie de vous lancer.
Alexandre Blanc connait tous les aspects de la question. D’abord comme utilisateur quotidien du vélo à hydrogène, ensuite comme participant actif de l’aventure du vélo H2 Alpha puisqu’il est directeur des opérations à Pragma Industries, la maison mère de Pragma Mobility.

Comment êtes-vous devenu Vélotafeur ?

J’ai toujours eu le goût du vélo à titre personnel et pendant mes loisirs.
Plus jeune, je participais également à des courses de vélo.
Dans le cadre de mon travail, j’ai commencé à vouloir tester le vélo à hydrogène en conditions réelles sur une utilisation quotidienne. Je voulais notamment voir comment réagissaient les équipements liés à la pile à combustible.
Cela fait plus d’un an que j’utilise le vélo à hydrogène dans ce cadre et ce par presque tous les temps, en moyenne 4 jours sur 5.

Quel temps mettez-vous pour aller au travail ?

J’effectue 7 km entre mon domicile sur la commune voisine et mon lieu de travail ce qui prend en moyenne 25 minutes.
La distance pourrait être plus courte mais j’effectue un parcours privilégiant pistes cyclables et petites routes. Avec l’aide de Google maps, j’ai étudié avant de démarrer le parcours le plus agréable et le plus sécurisant. Je passe en effet près des espaces verts du stade Girouette. Je monte aussi au plateau de Parme, à proximité de l’aéroport, où se trouvent les plus vieilles fermes d’Anglet.
En moyenne, les personnes qui utilisent un vélo dans ce cadre effectuent 3 à 4 km et 15 minutes pour un trajet aller chaque jour.
Nous avons une borne à hydrogène chez Pragma Industries à Biarritz ce qui permet de recharger facilement le vélo à hydrogène quand cela est nécessaire.

Quels sont les avantages selon vous d’un vélo à hydrogène ?

Je n’ai pas besoin de me changer en arrivant au travail car je ne suis pas en sueur. En effet, le vélo à hydrogène bénéficie d’une assistance qui me permet de monter les côtes sans souci.
Je dois notamment monter une côte pentue à Anglet qui s’appelle l’avenue de Brindos que je franchis en mode sport à 17 km/h. C’est une petite victoire quotidienne !
Cela me permet de combiner une activité sportive et un trajet que j’effectuerai de toute façon. Je fais également une vraie coupure entre ces deux moments clés de ma journée.
C’est également une source de convivialité. En effet, Il m’est arrivé de m’arrêter facilement pour discuter avec un voisin taillant sa haie par exemple. C’est beaucoup plus difficile quand on est au volant de sa voiture.
A mon avis, le bénéfice majeur du vélo à hydrogène est son « effet banane ». Son utilisation est agréable et on avance facilement sans difficultés.
Comme beaucoup, je suis de plus en plus sensible aux gestes éco-citoyens (tri, achats en circuit court…). Rouler en vélo à hydrogène me permet de poursuivre cette démarche dans mes déplacements.

Pour qui conseillez-vous le vélo à hydrogène ?

Le vélo à hydrogène est adapté à tous. Son utilisation ne nécessite pas une préparation physique particulière.
Il est aussi particulièrement pertinent dans des zones ayant des côtes et du relief comme la côte Basque. Des endroits où sinon on hésiterait à se lancer en vélo !
Aujourd’hui, les vélos à hydrogène sont disponibles dans le cadre de flottes de véhicules. Les usages touristiques ou pour les trajets domicile – travail sont donc particulièrement pertinents.

Des conseils de Vélotafeur sur le vélo à hydrogène ?

Il faut bien sûr investir dans de l’équipement de sécurité. Mais aussi ne pas oublier que l’on peut être surpris par le mauvais temps et anticiper ce cas de figure (vêtement de rechange par exemple en cas de pluie).
Une utilisation quotidienne peut engendrer des soucis mécaniques et techniques.J’ai la chance d’avoir un soutien logistique proche.
Un minimum d’anticipation et d’organisation est nécessaire notamment si on doit faire des courses ou transporter des objets lourds.

Vous avez 3 enfants, comment leur parlez-vous du vélo à hydrogène ?

Je leur explique que c’est un vélo à assistance électrique qui a un moteur pour les côtes et passages difficiles.
Il a la particularité de stocker l’énergie non pas dans une pile à lithium mais sous forme d’hydrogène. Il participe donc à la préservation de l’environnement.
Utiliser le vélo dans votre quotidien pour vos loisirs mais aussi pour aller travailler c’est changer de rythme et mode de vie.
La mobilité hydrogène est là et les vélos à hydrogène peuvent être vos alliés à court ou moyen terme pour devenir un vélo-tafeur.

Exit mobile version